Tout savoir sur le frelon asiatique

Tout savoir sur le frelon asiatique

Qu’est-ce-que le frelon asiatique ?

Le frelon asiatique, en latin Vespa velutina, est un insecte prédateur originaire d’Asie appartenant à l’espèce d’hyménoptères de la famille des Vespidae.

Il existe une douzaine de sous-espèces connues de frelons asiatiques. Il est considéré comme très problématique par les apiculteurs en raison de sa prédation agressive et ravageuse des abeilles européennes.

Les frelons asiatiques ont un impact direct sur les colonies d’abeilles mellifères en les tuant ainsi que leur couvain pour nourrir leurs propres larves. Les frelons asiatiques ont également un impact indirect sur la santé de la ruche en amenant les abeilles à consacrer du temps et de l’énergie à se défendre contre la menace constante d’attaques et à inhiber ainsi les activités de recherche de nourriture. La productivité de la colonie d’abeilles diminue, ce qui non seulement réduit les réserves de miel et de pollen, mais met également en danger le développement du couvain et la capacité de la ruche à fournir des services de pollinisation efficaces.

 

Son cycle de vie

Le cycle de vie du frelon asiatique est annuel. Les femelles fertiles de frelons asiatiques sont stimulées pour commencer la ponte lors de températures plus chaudes au printemps. La femelle commencera à construire un petit nid de forme grossière dans lequel elle pourra pondre sa nouvelle couvée. Une seule reine ne produira qu’un seul nid au cours de son cycle de vie annuel.

Comme les autres espèces d’insectes, les frelons asiatiques produits par la reine sont stériles et vivent entre 30 et 55 jours selon la température. Les ouvrières cherchent de la nourriture pour nourrir la reine et le couvain en développement, et continuent à construire et à agrandir le nid. Selon les conditions locales, un nid de frelons d’environ 90 cm de hauteur peut abriter entre 500 et 1500 frelons.

Vers la fin de l’été et en automne, les femelles et les mâles reproducteurs sortent du nid pour s’accoupler. Les frelons asiatiques qui restent dans le nid mourront et le nid sera abandonné. Les frelons asiatiques ne réutilisent pas le nid abandonné. Les femelles descendantes de frelons asiatiques fécondés passeront l’hiver dans des cavités isolées et abritées, seules ou en petits groupes, avant de sortir pour établir un nouveau nid au printemps.

 

Son apparence

Adulte

Le frelon asiatique a un aspect très particulier. Les frelons asiatiques reines mesurent entre 30 et 35 mm de long et les ouvriers mesurent environ 25 mm de long. Le corps du frelon asiatique est d’un noir velours/brun foncé avec chaque segment abdominal bordé d’une fine bande jaune. Seul le quatrième segment abdominal est entièrement de couleur jaune-orange. Les pattes sont brunes avec des extrémités jaunes et la tête est noire et jaune orangé.

 

Nid

Le nid du frelon asiatique est également très distinctif. Ils peuvent devenir de grands nids, construits haut autour des branches d’arbres ou de structures artificielles. Certains nids ont également été observés très près du sol. En France et lors de leur dissémination ultérieure à travers l’Europe, on a observé qu’ils préfèrent les chênes, les peupliers et les acacias mais évitent les conifères. Cependant, on peut aussi les trouver dans les garages, les remises, sous les terrasses ou moins fréquemment dans les trous de murs ou dans le sol. Le nid est de forme sphérique et aux derniers stades de construction (vers la fin de l’été et en automne), il peut mesurer entre 60 et 90 cm de hauteur et 40 à 70 cm de diamètre.

Le nid a une coquille extérieure faite de 5-6 couches de papier mâché de couleur beige ou brun. Chaque couche a une épaisseur d’environ 45 mm et les couches sont séparées par un espace de 5 à 10 mm. Le nid a un seul trou d’entrée d’environ 15 mm de diamètre qui est protégé par un auvent.

 

Comment le détecter ?

Il existe plusieurs façons de détecter la présence de frelons asiatiques autour des ruches. Les frelons asiatiques en quête de nourriture apparaissent généralement pendant la journée, cessant toute activité au crépuscule, et sont plus actifs du printemps à l’automne (la durée exacte dépend principalement du climat).

On peut les observer en vol stationnaire ou en  » colportage  » à l’extérieur des colonies d’abeilles mellifères, tuant les abeilles butineuses qui reviennent à la ruche avec une charge de pollen ou de nectar, ou les abeilles gardiennes qui tentent de défendre la ruche contre une attaque. Les frelons forcent les abeilles à tomber au sol avant de les paralyser. Le frelon asiatique en quête de nourriture décapitera ensuite l’abeille, enlèvera ses pattes et ses ailes et transformera le corps en une boule écrasée pour le transport.

On rapporte également que la prédation s’étend à l’entrée dans la colonie d’abeilles mellifères et au vol du couvain d’abeilles mellifères. Lorsque cela se produit, il semble que le frelon asiatique attaque tous les gardiens des abeilles mellifères un par un avant de voler le nid à couvain. Un frelon d’Asie en quête de nourriture ne consomme qu’une partie de la proie qu’il capture ; le reste est ramené au nid pour nourrir les larves de frelons d’Asie en développement.

Dans ses régions d’origine, en Asie, le frelon asiatique détruirait jusqu’à 30 pour cent d’une colonie d’abeilles asiatiques. Des rapports français suggèrent que dans certaines régions où il y a de fortes densités de frelons asiatiques, comme dans le sud de la France où la saison estivale est longue et chaude, des pertes complètes de ruches ont eu lieu. Les apiculteurs français ont observé que les ruches d’abeilles mellifères ont été complètement perdues et que les frelons asiatiques s’attaquent généralement à des ruches qui sont généralement très faibles ou ont un faible nombre d’abeilles fourragères.

En plus des attaques contre les populations d’abeilles mellifères, le frelon asiatique pourrait aussi perturber la biodiversité indigène en prédatant d’autres espèces sociales indigènes de guêpes et d’insectes ainsi que des grillons, papillons, mouches, chenilles et araignées. On sait aussi qu’ils consomment des fruits et des fleurs mûrs vers la fin de l’été. Ils ne sont généralement pas agressifs envers les humains, sauf si leur nid est perturbé ; dans ces circonstances, ils peuvent administrer une piqûre douloureuse, comme d’autres espèces de frelons et de guêpes.

Les nids de frelons asiatiques se trouvent haut dans les arbres, bien qu’ils soient généralement cachés jusqu’à l’automne, lorsque les nids sont les plus grands et que certaines espèces d’arbres perdent leurs feuilles. Dans les arbres, les nids sont de grosses boules sphériques brunes, construites autour de branches. Les nids se trouvent généralement près des ruches d’abeilles. Pendant l’hiver, toute petite zone bien isolée (naturelle ou artificielle) peut être inspectée pour détecter la présence de reines fertiles en hibernation. L’utilisation de pièges placés autour des ruches peut aider à détecter les frelons asiatiques autour des ruchers et à protéger les ruches des attaques constantes. Les pièges sont disponibles dans le commerce mais il est également possible de fabriquer des pièges faits maison.

 

Epandage et distribution

Étalement

Les frelons asiatiques sont des volants très puissants et donc très mobiles ; en France, le frelon asiatique s’est répandu à un rythme d’environ 100 km par an. Le frelon asiatique s’est accidentellement répandu à l’échelle internationale à partir de l’Asie dans des cargaisons de marchandises où l’on trouve des nids ou des reines fertiles dans des conteneurs de fret, du bois non traité, dans le sol de plantes en pot, de fleurs coupées ou de fruits importés. Il est également possible que le frelon asiatique soit soufflé par le vent entre des pays voisins proches.

 

Distribution

Le frelon asiatique est originaire d’Asie et se rencontre depuis l’Afghanistan à travers l’Inde, le Pakistan et la Chine orientale, ainsi que dans l’archipel indonésien. La sous-espèce asiatique de frelons Vespa velutina nigrithorax a été introduite accidentellement dans le sud-ouest de la France, lors d’une expédition de poterie chinoise en 2005. Depuis lors, elle s’est largement implantée dans le sud-ouest de la France, ainsi que dans certaines régions d’Espagne et de Belgique.

En 2003, le frelon asiatique est arrivé en Corée du Sud et s’est rapidement établi, s’étendant à un rythme d’environ 20 km par an. Depuis l’introduction accidentelle de ce ravageur, le frelon asiatique est devenu l’espèce de frelons la plus abondante en Corée du Sud, remplaçant de nombreuses espèces indigènes de Vespa qui ont une biologie de nidification similaire.

La propagation rapide du frelon asiatique dans ces pays démontre qu’il s’agit d’un ravageur incroyablement agressif et envahissant, et qu’il deviendra un problème majeur à mesure que davantage de personnes et d’apiculteurs entreront en contact avec ce ravageur.

Votre avis nous intéresse

Laisser un avis